Est-ce que la cigarette empêche la cicatrisation ? Nicotine et cicatrisation

Les fumeurs présentent un risque beaucoup plus élevé de complications postopératoires que les non-fumeurs, notamment une altération de la fonction cardiaque et pulmonaire, des infections et une cicatrisation retardée ou altérée. Mais est-ce que la cigarette empêche la cicatrisation ? C’est ce qui fera l’objet de notre développement.

Le tabagisme retarde la cicatrisation de la peau après une opération

Des études ont montré que l’incidence des complications postopératoires, en particulier les complications du site chirurgical, est plus élevée chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Les fumeurs présentent un retard de cicatrisation et d’infection des plaies chirurgicales, un retard de cicatrisation osseuse, un relâchement des sutures vasculaires, digestives ou murales, et des cicatrices hypertrophiques.

Une étude de 2003 évaluant 228 plaies a révélé que l’incidence de l’infection était de 12 % chez les fumeurs et de 2 % chez les non-fumeurs, et que l’incidence du relâchement des sutures était de 12 % chez les fumeurs et d’aucune chez les non-fumeurs. Des études ont montré que les personnes qui fument au moins un paquet par jour ont trois fois plus de risque de nécrose tissulaire que celles qui fument deux paquets par jour et six fois plus que les non-fumeurs.

Les risques opératoires

Ces troubles de la cicatrisation apparaissent dans de nombreux domaines médicaux, notamment en chirurgie plastique et reconstructive : on observe des nécroses de lambeaux, des défauts de cicatrisation de la peau et des plaies chirurgicales.  Dans le domaine de la chirurgie orale et maxillo-faciale, il a été démontré que les fumeurs présentent des troubles de la cicatrisation des procédures chirurgicales et des implants dentaires. La perte d’implant chez les fumeurs est deux fois plus élevée que chez les non-fumeurs, et si l’implant est laissé en place, le temps de guérison est généralement supérieur de plusieurs semaines à la moyenne.

Des retards de cicatrisation et des complications liées à des cicatrices infectieuses ont également été signalés en chirurgie orthopédique. Une étude a montré que le risque de complications liées à la cicatrisation des plaies en chirurgie orthopédique était de 5 % chez les non-fumeurs et de 31 % chez les fumeurs. Une autre étude a montré que le tabagisme était le facteur de risque le plus important pour les complications des plaies chirurgicales (hématome, infection, hématome). Ces complications entraînent des séjours hospitaliers plus longs.  Dans la chirurgie du cancer du sein, le tabagisme est associé à des complications de la cicatrisation : infection, épidermolyse, nécrose du lambeau cutané.

Une étude rétrospective a montré que 39 % des complications liées aux cicatrices sont survenues chez les fumeurs, contre 26 % chez les non-fumeurs.  Le tabagisme est également connu pour être un facteur de risque important d’infection sternale superficielle ou de médiastinite. Une étude sur la chirurgie du tube digestif a démontré un risque plus élevé de descellement d’anastomose chez les fumeurs par rapport aux non-fumeurs après une chirurgie colo rectale avec anastomose.

Enfin, des études ont démontré l’effet néfaste du tabagisme sur la guérison osseuse. En cas de fracture ouverte de la jambe, la guérison osseuse prend 32 semaines chez les fumeurs contre 28 semaines chez les non-fumeurs, et les fumeurs sont plus susceptibles de subir une intervention chirurgicale pour faciliter la guérison.

Tabagisme et troubles de la cicatrisation : pourquoi ?

La fumée affecte différents types de cellules et différentes étapes du processus de guérison.  Plus de 4000 substances ont été découvertes dans la fumée de cigarette, dont certaines, notamment le monoxyde de carbone et la nicotine, jouent un rôle négatif dans la cicatrisation des plaies. Le monoxyde de carbone entraîne une réduction de la charge en oxygène dans les tissus et une perturbation de la microcirculation sanguine.

L’effet vasoconstricteur et thermogène de la nicotine entraîne une réduction du flux sanguin et de l’apport en nutriments pour la guérison des tissus.  Fumer une seule cigarette a un effet vasoconstricteur en une heure et demie, alors qu’un paquet entier de cigarettes provoque une hypoxie tout au long de la journée.

Un autre composant du tabac qui affecte également la cicatrisation des plaies est le cyanure. Il modifie le métabolisme de l’oxygène dans les cellules. La réduction de la microcirculation cutanée et l’hypoxie sont les principales causes des effets négatifs du tabagisme sur la guérison de la peau et des tissus profonds.

Melanie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page